Bolivie : La Paz – Sucre – Tupiza

Après deux semaines au Pérou, je suis arrivée en Bolivie en prenant un vol direct Cusco/La Paz.

[Du 25 juillet au 4 août : La Paz – Sucre – Tupiza – Sud Lipez – Salar d’Uyuni – Tupiza]

Première étape : La Paz

∴ J’ai passé ma première nuit bolivienne à l’auberge de jeunesse Ananay, située dans la jolie rue colorée Jaen (la seule de la ville d’ailleurs). Après avoir passé 2 semaines en dortoirs au Pérou, je me suis fait le luxe de me prendre une chambre seule. Prix de la chambre individuelle: 115 bolivianos (14 €)  710 Calle Jaen.

J’ai un sentiment assez mitigé par rapport à la ville de La Paz. J’y suis restée uniquement une journée et une soirée, sûrement pas assez pour apprendre à l’apprécier. J’ai pu avoir un aperçu de cette ville étourdissante, la plus haute capitale (administrative) du monde, culminant à 3.640 mètres d’altitude. 

• J’ai commencé par découvrir la Callé Jaen, la rue de mon auberge. Les couleurs d’une des dernières rues coloniales de La Paz ont été préservées. Vous y trouverez de nombreux petits musées insolites, comme celui des métaux précieux et des costumes. J’ai quant à moi été découvrir le Musée des Instruments de musique. Prix : 5 bolivianos.

• Pour déjeuner, j’ai écouté les conseils du personnel de l’auberge, en allant au Sillpichs, un fast food local. Mon premier repas bolivien fut donc un sandwich avec du riz, des pommes de terre, un œuf au plat et de la viande! Alors oui, comme ça je ne vous vends pas du rêve, mais ce n’était pas mauvais du tout. Le menu à 20 bolivianos (2€40)  composé de ce sandwich et d’un coca permet de se restaurer à faible coût. Calle Claudio Pinilla.IMG_5176

• On m’avait conseillé d’attendre la Bolivie et de ne pas craquer au Pérou au niveau des souvenirs. En effet vous trouverez ici exactement le même artisanat, et en moins cher. La Paz est d’ailleurs la ville parfaite pour vos pulsions shopping à base de porte-clés lama, pulls en laine d’alpaga, tissus traditionnels colorés et j’en passe. Bref moi j’ai craqué (dans la limite bien sûr, de mon sac à dos déjà bien rempli !) Deux rues concentrent de nombreuses échoppes : les rues Linares et Sagarnaga.

• Pour en apprendre davantage sur cette ville et sa vie effrénée, j’ai choisi de faire une visite guidée avec Red Cap. Pas de Free Tour ici, ils sont apparemment interdits dans la ville (d’après nos guides), une participation de 25 bolivianos (3€) est demandée. Le tour part tous les jours à 11h et à 15h de la Place San Pedro. Nos deux guides étaient très sympathiques.

La visite commence par l’histoire de la prison San Pedro. Nous traversons ensuite le Marché Rodriguez. Notre guide nous explique qu’il est préférable de toujours acheter ses fruits à la même vendeuse. Tout achat chez une concurrente serait perçu comme un acte de trahison ! Ces étals couverts de fruits qui me sont, pour la plupart inconnus attisent ma curiosité. Mais nous ne faisons que traverser rapidement ce marché.

Petite pause durant laquelle nos guides nous en apprennent davantage sur les Cholitas, ces femmes d’origine indigène, leurs habits traditionnels et leurs chapeaux melon. Elles sont d’ailleurs des lutteuses hors pair, et il est possible d’assister chaque dimanche à des combats. Nous arrivons ensuite au fameux Marché de las Brujas, le marché des sorcières. Ne vous attendez pas à un grand marché, nous n’avons vu que quelques échoppes mais qui sont impressionnantes. Si vous souhaitez ramener un fœtus de lama dans vos valises, ou acheter une potion ou un philtre d’amour, vous êtes au bon endroit !

En Bolivie mais aussi au Pérou, il est courant d’enterrer à côté de sa maison un fœtus de lama, en offrande à la Pachamama, la déesse de la Terre. On assurait alors bonne fortune et protection de la déesse mère à son terrain et à sa demeure.

Nous faisons ensuite une pause au Marché Lanza. J’y ai bu un jus de fruit absolument délicieux et vous conseille également les sandwichs à l’avocat et au fromage (5 bolivianos !) Un endroit parfait pour une pause ravitaillement. Sinon le lieu n’a pas spécialement de charme. Direction ensuite la Plaza Murillo, ou le cœur politique du pays, avec le palais présidentiel et le Congrès.

Notre guide commence à nous évoquer la tumultueuse histoire politique du pays, avant de nous préciser que s’il veut rentrer plus dans les détails, il ne pourra le faire sur une place publique. Nous le suivons donc au bar Sol y Luna, curieux d’en apprendre plus. Le président actuel, Evo Morales fait en effet beaucoup parler de lui, mais pas forcément en bien … Nous terminerons par une dégustation d’alcool local.

∇ J’ai ensuite pris un vol direct pour la ville de Sucre. Ce trajet est bien sûr également tout à fait faisable en bus. Je me suis quant à moi laissée tenter par un vol à 47€.

Deuxième escale : Sucre

∴ Je conseille fortement l’auberge de jeunesse Spanish Friends, ouverte depuis janvier 2017. La gérante est très sympa et d’une grande aide, notamment si comme moi vous cassez votre câble de chargeur de téléphone… (j’en aurai racheté 3 durant ce voyage, je vous assure que trouver un câble d’Iphone en Bolivie relevait parfois de l’aventure !). Les chambres sont grandes et propres et si vous le désirez vous pouvez également prendre des cours d’espagnol. Prix imbattable pour 3 nuits en dortoirs de 6 : 90 bolivianos (11 €) Le petit déjeuner est compris. 355, Padilla.

Je suis restée trois jours dans cette ville. Trois jours occupés à me poser un peu, et à découvrir les restaurants et les musées de Sucre, en compagnie de trois français rencontrés le premier jour. La ville, avec ses nombreuses églises et ses bâtiments blancs immaculés, est très agréable et offre un contraste saisissant avec la bouillonnante La Paz. Il ne faut pas hésiter à se perdre un peu dans les petites rues.

• Durant ce voyage, dès que j’arrivais dans une nouvelle ville, je me dirigeais vers la place centrale. Celle de Sucre est très arborée et agréable. Comme souvent, des bâtiments officiels et une cathédrale bordent la Plaza 25 de Mayo.

• Le Condor Café est un excellent restaurant végétarien qui propose un menu du jour composé de: soupe/plat/dessert/jus de fruits à 25 bolivianos. Y ayant mangé deux soirs de suite j’ai également pu tester leurs délicieux plats à la carte. Le condor propose également des tours de la ville et des excursions aux alentours que je n’aurai pas eu l’occasion de tester.  Calle Bolivar & Calvo.

IMG_5235

• Le Museo del Tesoro se visite uniquement avec un guide. Arrivée par hasard en même temps que 3 français je profite de la visite assurée par David, un guide francophone passionnant et passionné, qui a su rendre cette visite très intéressante. La collection de bijoux et de pierres précieuses de ce musée privé présente de belles pièces qui retracent également l’histoire du pays. On en apprend alors davantage sur l’exploitation des minéraux, de l’or et de l’argent. Les photos sont interdites à l’intérieur du musée. Prix: 25 bolivianos.

• Le couple de français que j’ai rencontré avait découvert un très bon petit restaurant, le Mestizo. Nous sommes allés y déjeuner deux midis de suite. Fréquenté uniquement par des locaux, ce restaurant propose un menu du jour entrée/plat/dessert/jus de fruit au prix imbattable de 15 Bolivianos (1€80). Quand manger au restaurant coûte moins cher que de faire la cuisine … Pour le plat du jour vous aurez le choix entre 3 plats, dont un végétarien. 258 calle Avaroa.

• Nous sommes également allés faire un tour au Mercado Central de Sucre, l’endroit idéal pour faire le plein de légumes et de fruits. J’y ai acheté des avocats et un fruit dont je n’avais encore jamais entendu parlé, le chirimoya. Une découverte excellente ! Nous nous sommes laissées tenter par les énormes salades de fruits proposées à des petits étals. Un délice, le tout pour quelques bolivianos.

•  Le Museo de Arte Indigena fut mon coup de cœur à Sucre. De nombreux tissus et objets y sont exposés. Ils nous racontent l’histoire et les traditions des différentes communautés vivant dans la région de Sucre. J’ai trouvé les tissages et les vêtements présentés absolument magnifiques. Prix: 22 bolivianos. Le musée est situé sur les hauteurs de la ville, en y sortant n’hésitez pas à aller admirer la vue au niveau de la Plaza Pedro de Anzurez.

IMG_1571

• A Sucre, j’ai été étonnée de voir de nombreuses boutiques de chocolats. J’ai donc dû en avoir le cœur net, et je suis allée déguster un chocolat chaud chez Para Ti. Une bonne adresse pour toute envie de chocolat chaud, froid ou de glaces. 7 Calle Arenales.

IMG_5278

• Pour prendre de la hauteur et découvrir les toits de la ville, direction le Couvent de San Felipe. Prix: 5 bolivianos.

• Pour une visite un peu plus insolite je suis allée découvrir le cimetière de Sucre, qui diffère bien de nos cimetières européens. Agréable et arboré, ce cimetière a une particularité : les tombes sont ici entreposées à la verticale, au niveau des murs qui l’entourent. Les familles personnalisent les petites fenêtres qui ornent chaque tombe.

∇ De Sucre, j’ai pris un bus de nuit pour Tupiza avec la compagnie 6 de Octubre. Je n’ai rien à redire par rapport à cette compagnie. J’ai d’ailleurs trouvé que les conducteurs Boliviens conduisaient mieux et surtout beaucoup moins vite que leurs voisins Péruviens. Le seul inconvénient fut d’arriver à 5 heures du matin à Tupiza. J’avais alors choisi un hôtel non loin du terminal de bus.

Troisième arrêt : Tupiza

∴ J’ai d’abord passé une nuit à l’hôtel Annexo Mitru. Le prix de la chambre privée avec petit-déjeuner était de 11€ . J’y suis arrivée le premier jour à 5h de matin. J’avais choisi cet hôtel notamment car il y avait un gardien la nuit qui a pu m’ouvrir. Un hôtel tout à fait correct, bien placé dans la petite ville de Tupiza.

J’ai passé ma journée à Tupiza à me reposer et à faire le tour des agences pour trouver une excursion pour le lendemain afin de découvrir la région du Sud Lipez et le fameux Salar d’Uyuni. Pour découvrir les environs, des balades à cheval sont possibles. N’ayant jamais fait d’équitation de ma vie et appréhendant un peu cette activité, j’ai préféré éviter !

L’excursion dans le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni

A l’agence La Torre Tour, je croise un couple de belges et deux français avec qui j’avais discuté au petit-déjeuner de l’hôtel. Ils me proposent de partager un 4×4 avec eux. Prix de l’excursion pour 4 jours et 3 nuits : 1200 bolivianos : 145€ (voyager à 5 nous a tous fait économiser 100 bolivianos chacun, par rapport au prix de base pour 4 personnes). Il vous faudra ajouter à ce prix, les entrées aux différents parcs nationaux et à l’île aux cactus. (environ 30€)

Jour 1 : journée en 4×4, Pueblo fantasma et Quetena Chico

Une journée passée principalement dans le 4×4 en compagnie de notre sympathique guide bolivien (la pratique de l’espagnol vous sera utile pour cette excursion). Nous quittons d’abord la région de Tupiza et ses impressionnantes vallées ocres et ses canyons.

20988367_10155705556542996_7716163095227269120_n

Nous enchaînons alors les kilomètres, nous arrêtant à certains moments pour nous dégourdir les jambes et pour prendre quelques photos. Le premier repas pris dans un petit village perdu au milieu de nulle part et préparé par une cuisinière qui nous accompagne durant le séjour nous confirme que nous allons très bien manger ! Nous sommes trois 4×4 à être partis de Tupiza avec la même agence. Nous nous retrouverons lors des repas. L’absence de route rend le 4×4 indispensable et je suis impressionnée par notre guide qui parvient à se repérer sans carte dans ces grandes étendues désertiques. Nous nous arrêtons l’après-midi au Pueblo fantasma, ancien village colonial dont les ruines subsistent encore.

Nous roulons encore jusqu’à Quetena Chico, petit village à 4.200 m où nous passerons la nuit. Notre auberge est spartiate mais nous avons de vrais lits. L’absence de chauffage par ces nuits aux températures négatives se fait ressentir et il est important d’avoir un bon sac de couchage.

21013829_10155705550747996_4488416003031347273_o

Jour 2 : Salar de Chalvari et lagunas

Réveil matinal, à 5h20.  Nous partons en direction du Salar de Chalvari, un avant-goût du Salar d’Uyuni, très joli avec les reflets du soleil.

Nous avons ensuite la possibilité de nous baigner dans des thermes d’eau chaude. Les faibles températures m’ôtent tout courage de me mettre en maillot de bain! Nous reprenons ensuite la voiture pour accéder aux magnifiques Lagunas Verde et Blanca. La vue sur le volcan Licancabur est très belle.

21015750_10155705579267996_5924093802062020608_n21015835_10155705574277996_3429552263275553595_o

Nous retournons aux thermes pour la pause du midi. Nous montons ensuite à 5.000 mètres d’altitude pour admirer ces incroyables phénomènes géothermiques que sont les geysers. Odeurs de souffres et glougloutages de boue au programme !

Nous finissons la journée en beauté avec la très belle Laguna colorada et ses nuances de rouge et de rose. Une lagune peuplée par de très nombreux flamants roses. Nous assistons au coucher de soleil et aux variations de lumière.

21082802_10155706376827996_51295576436510702_o21054898_10155706378467996_1615359760238954547_o

Soirée à l’auberge arrosée de vin bolivien pour nous réchauffer. Car même au milieu de nulle part, il est étonnamment toujours possible de trouver un magasin vendant du vin et des pringles!

Jour 3 : Escapades dans les canyons et laguna Negra

Nous  avions le choix pour cette journée entre deux itinéraires: le premier passant par de nombreuses lagunes, et le deuxième traversant davantage de canyons et de formations rocheuses. Nous optons à l’unanimité pour le deuxième. Nous commençant par découvrir la Copa del Mundo et sa forme de Coupe du monde ! Cet arrêt donne l’occasion à une séance d’escalade. Ces lieux me font penser au far west américain.

Notre deuxième arrêt se fera à la Laguna Negra, et sa couleur sombre. Un lieu  une nouvelle fois magnifique, habité par des lapins des Andes.

Je suis impressionnée par la diversité des paysage de l’Altiplano bolivien. Nous continuons cette série de découvertes avec le Canyon de l’Anaconda.

21122407_10155706419327996_51129175221232504_o

Un arrêt dans une petite ville traversée par un chemin de fer nous permet de goûter à de la bière artisanale au quinoa. Nous passerons cette troisième et dernière nuit dans un hôtel entièrement en sel, et, mettant à disposition des douches d’eau chaude, les premières depuis le début de l’excursion!

Jour 4 : Cactus et désert de sel

Réveil bien matinal, mais c’est pour la bonne cause : assister au lever de soleil sur l’île Incahuasi ou l’île aux cactus qui donne une vue imprenable sur le Salar d’Uyuni. Moi qui adore les cactus, il y en a ici partout, et certains sont même vieux de plusieurs millénaires. Un moment magique où j’ai pu en prendre plein les yeux.

Une petite balade au milieu des cactus plus tard et nous rejoignons le 4×4 pour un petit-déjeuner. Nous repartons ensuite pour nous dénicher un coin tranquille dans le Salar pour nous adonner aux typiques photos rigolotes, les fotos locos comme les appelle notre guide. Nous avons passé pas loin d’une heure à jouer avec les perspectives de cet étonnant désert de sel.

Nous visitons ensuite le tout premier hôtel de sel construit et ses sculptures, rien de bien transcendant à mon goût ! Le désert en lui-même, cette immense étendue immaculée, vaut par contre le déplacement.

21013847_10155707528487996_8810532289983915182_o 20989048_10155707526937996_8984465319199878328_o

Nous sortons ensuite du Salar pour une pause déjeuner dans un petit village qui abrite également un marché artisanal. Dernier repas tous ensemble! Nous prenons la route de la ville bien laide d‘Uyuni, dont l’attraction majeure est l’étonnant cimetière de trains.

Vient alors le temps des au-revoir, les autres reprenant le bus à Uyuni, alors que je repartais avec notre guide à Tupiza pour 5 heures de route.

Je conseille fortement de partir de Tupiza pour réaliser cette excursion. Nous n’étions que peu de 4×4 à partir en même temps, ce qui nous a permis de découvrir les différents sites sans trop de monde. Nous avons par contre, à la fin de notre expédition, croisé des nuées de 4×4 partant d’Uyuni. Partir de Tupiza permet de faire le circuit habituel à l’envers, et ainsi d’éviter la foule.

∴ Pour mes deux dernières nuits boliviennes, je suis restée à l’auberge de jeunesse Valle Hermosa. Prix des deux nuits en chambre individuelle avec salle de bain: 168 bolivianos (20€). Le petit déjeuner n’était par contre pas inclus. Une auberge agréable, ainsi que son wifi, après 4 jours de désintoxication !

J’ai ensuite glandé une journée à Tupiza avant de repartir le lendemain matin en direction de l’Argentine. J’avais réservé la veille mon trajet Tupiza – Villazon, ville située à la frontière de l’Argentine. En payant mon billet de bus 15 bolivianos (1,80€) je fut étonnée. Je compris pourquoi en voyant arriver un tout petit combi et en me retrouvant coincée entre deux mamas boliviennes. Confort spartiate, mais au bout d’1h20 j’arrive à la gare routière de Villazon. De là, pour 5 bolivianos, un taxi m’amène au poste de frontière, un pont séparant les deux pays et qu’il faut traverser à pied. Le passage d’un pays à l’autre se fait très facilement. Un tampon de sortie à la douane Bolivienne, puis un d’entrée à celle d’Argentine, je me retrouve très vite dans ce nouveau pays.

Un nouveau pays que j’ai adoré, et que je vous décrirai dans un nouvel article !

BUDGET [Pour 1 personne, 11 jours et 10 nuits]

* Hébergement : 547 bolivianos (66 €)
* Transports (bus, taxi) : 306 bolivianos (37€)
* Excursions, visites : 1586 bolivianos (193 €)
* Alimentation, restaurants : 587 bolivianos (71€ : même en mangeant deux fois par jour au restaurant !)

S.

Publicités

Un commentaire sur « Bolivie : La Paz – Sucre – Tupiza »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s